Aujourd’hui, je vais vous parler d’un truc complètement incroyable. Un truc qu’on aurait tous dû apprendre à la maternelle, et qu’on aurait dû pratiquer tout au long de notre vie. Je vous dis tout ce qu’il faut savoir pour planter un arbre ! 

Voici en résumé 10 astuces que nous partageons dans cette vidéo :

Astuce n°1: Plantez le 25 novembre, à la Sainte-Catherine

« A la Sainte-Catherine, tout bois reprend racine »

Cela correspond au moment où les feuilles des arbres tombent. C’est donc plutôt au moment où l’arbre commence à perdre ses feuilles qu’il est bon de le transplanter. Chez nous (dans la Drôme), ça correspond à peu près à la Sainte-Catherine, c’est même un petit peu plus tôt. Pour d’autres, ça va être plus tard, si vous êtes en montagne, ça peut être beaucoup plus tôt, début novembre par exemple.

Qu’est-ce qu’il se passe quand les arbres perdent leurs feuilles ? Pendant les 10 jours qui suivent la chute des feuilles, les arbres font une dernière poussée racinaire. La sève redescend, on a une dernière croissance, l’arbre transpire de la sève, nourrit les micro-organismes du sol, et libère des radicelles qui sont mangées par les vers de terre. C’est donc un moment charnière qui prépare le printemps.

Mais si, comme nous, vous loupez le moment de la Sainte-Catherine parce qu’il pleut, que la terre est trop lourde, vous avez tout l’hiver pour planter vos arbres, et c’est pas un gros souci.

Quand on dit que « tout bois prend racine », ça concerne toutes les plantes ligneuses, celles qui font du bois, ça peut concerner les arbres, mais aussi les arbustes et les arbrisseaux. C’est donc le moment de sortir de terre vos porte-greffes, de déterrer, de transplanter, de changer de place vos arbres, ou d’aller à la pépinière chercher vos arbres.

Astuce n°2 : Retirez les feuilles pour éviter le dessèchement

Si vos arbres ont encore quelques feuilles, mais qu’ils les perdent naturellement, il va falloir les enlever. Pourquoi est-ce qu’on enlève les feuilles, ou qu’on attend qu’ils n’aient plus leurs feuilles pour les déterrer ? Eh bien tout simplement pour être sûrs qu’ils ne transpirent pas. Si on les sort de terre, qu’ils transpirent et qu’ils ont leurs racines à nu, ils vont se dessécher. C’est aussi pour cela qu’on ne met jamais les racines d’une plante persistante à nu.

Astuce n°3 : Préférez les arbres jeunes aux arbres plus âgés (ou encore mieux : semez !)

Lorsque l’on plante des arbres trop âgés (au-delà de 2 ans), il devient difficile de sortir leur racine pivot sans l’abimer ou la couper. La racine pivot d’un arbre lui sert d’ancrage, et donne à l’arbre sa vigueur. Ce n’est pas un drame, il va refaire une racine pivot, mais ce n’est pas bon pour la vigueur et la longévité de l’arbre, et ça lui demande de l’énergie pour refaire ce pivot. C’est pour ça qu’on aime semer les arbres en place, et les greffer en plein champ.

Si vous déplantez un arbre un peu vieux, vous pouvez marquer le Nord quand vous déplantez votre arbre, de manière à le replanter ensuite en respectant son orientation initiale.

Astuce n°4 : Vérifiez toujours le système racinaire des arbres que vous achetez

C’est ce qui est intéressant quand on plante des arbres à racines nues : on peut regarder le système racinaire. C’est ça qui va déterminer si votre arbre reprend bien l’année prochaine ou pas. Le « haut », à la limite, on s’en fout. L’arbre se refait tout le temps, vous pourrez le tailler si besoin, il retrouvera sa forme. Par contre, les racines, ça va vous faire gagner ou perdre un an.

C’est ces petites radicelles, qui sont au bout des racines, qui permettent l’alimentation de la plante. Si l’arbre en a déjà un certain nombre, ça va garantir que la 1ère année il puisse s’approvisionner en eau et en sels minéraux. On va vite les protéger. Vous pouvez vous munir d’un drap humide, c’est l’idéal, ou éventuellement d’un sac plastique qui ne soit pas transparent. Pensez à la récup’ ! Nous on utilise des sacs de terreau, il y en a plein les poubelles des jardineries.

Astuce n°5 : Préparez une jauge chez vous

On ne voyage pas avec les arbres sur le toit ou la remorque, et on les laisse pas traîner n’importe où avant de les planter : ça dessèche tous les tissus, tous les bourgeons, et surtout toutes les racines. Il est important de bien protéger notre plante, alors on cache les racines, et on va la mettre dans notre jauge.

Une jauge, c’est un endroit où on peut stocker les arbres en attendant de les planter. Il faut simplement que les racines soient au frais (idéalement à l’ombre), protégées des UV et à l’abri du vent, dans un sol qui soit drainant, pour ne pas que les racines pourrissent dans l’eau (sans circulation de sève, la plante ne peut plus drainer l’eau, en évacuer). Et pour ça, le sable c’est bien pratique.

Si vous n’avez pas de sable, et que vous n’avez que quelques arbres à planter cette année, un bon tas de terre suffira. Mais il faut que ce soit un tas, pas un trou, histoire que l’eau ressuie comme il faut.

Astuce n°6 : Préparez votre trou de plantation à l’avance

Dans les manuels, pour les bons élèves, faites votre trou de plantation 1 an à 6 mois à l’avance, mettez un peu de matière organique au fond, nourrissez les vers de terre, ça se décomptacte, vous éviterez de planter dans un terrain trop gras et mouillé.

Mais si, comme nous, vous êtes bien occupé.e au printemps et en été, que vous oubliez ou que vous n’avez pas le temps de faire vos trous de plantation, c’est pas grave, on va les faire maintenant, au mois de novembre.

Le principe est simple : mettre de côté la terre végétale, qu’on va remettre en haut, et de garder la terre du fond du trou pour le fond du trou. On sépare les 2. Le trou doit être dimensionné d’environ 1/3 à 1/2 de plus que le volume des racines, ou le taille du pot. Le plus important, c’est que les contours et le fond soient bien décompactés.

En sol argileux, bien vérifier que la pelle ou la bêche n’aie pas lissé les bords du trou. Sans ça, les racines risquent de tourner en rond, et d’avoir du mal à percer les bords du trou. Pour les mêmes raisons, n’hésitez pas à faire un trou carré.

Astuce n°7 : Taillez votre arbre, mais pas trop !

Après avoir retiré votre arbre de la jauge, taillez les petites racines qui ont été abimées, ou cassées, et raccourcir un peu les autres qui vont être stimulées pour faire de nouvelles radicelles. Si les racines ont et beaucoup réduites, il convient de tailler aussi la partie aérienne. Mais on peut attendre la fin de l’hiver ou au début du printemps pour tailler cette partie.

Astuce n°8 : Préparez votre potion magique

Le pralin, c’est une boue liquide qui sert à enrober les racines de l’arbre. La base du pralin, c’est un mélange de terre argileuse, avec de l’eau, jusqu’à obtenir la consistance d’une pâte à crêpes. On peut faire cette préparation dans une bonne bassine, un peu large pour avoir la place de tremper les racines.

Ensuite on peut ajouter à cette base quelques petits ingrédients secrets : de la bouse de vache, ou du crottin de cheval (ajouter des micro-organismes), du lombricompost, une poignée de charbon « activé » (trempé préalablement dans un compost, dans l’urine, etc…). On peut cultiver des micro-organismes spécialement pour la plantation d’arbres.

Parmi toutes les recettes secrètes du moment, il y a aussi les IMO, les Micro-organismes indigènes. Il y a des recettes qui viennent d’Amérique du Sud, d’autres du Japon, d’autres d’Inde, du Québec, etc… Vous pouvez faire tremper votre charbon dedans, ou en rajouter dans votre pralin.

Ensuite on trempe les racines de l’arbre dans la bassine, de manière à ce que toutes les radicelles soient recouvertes de pralin. Le but c’est d’éviter que les radicelles sèchent, et ça fait comme une « colle » : une interface de contact avec notre terre. ça va aider les petites radicelles à se développer au printemps.

Astuce n°9 : Installez votre tuteur AVANT de mettre votre arbre

C’est toujours plus facile de mettre un tuteur avant d’installer la plante : on évite de lui endommager les racines. Installez votre tuteur du côté du vent dominant. ça évite que la plante ne tape contre le tuteur.

Pour attacher l’arbre du tuteur, on utilise une vieille chambre à air de vélo, qu’on va fixer avec un noeud de 8.

Astuce n°10 : N’enterrez pas le collet trop profondément

Je ne mets pas de matière organique au fond du trou, particulièrement quand je suis en sol argileux. Je réserve la matière organique pour un apport en surface, ou dans les 10 premiers centimètres du sol. Il est important de ne pas enterrer le collet, qui est le point de rencontre entre le tronc et les racines.

Placez le collet à hauteur du sol, et on remplit le trou de terre, sans tasser. Veillez à bien garder l’axe de votre arbre vertical. Si vous avez marqué le Nord au moment de déplanter votre arbre, respectez son orientation. On ajoute ensuite la terre végétale en surface. Je vais mettre quelques poignées de terre le collet, car je prévois que le niveau de terre va baisser un peu. Je forme une cuvette avec le reste de terre.

Les arbres n’ont pas besoin de beaucoup d’azote, mais je vais quand même venir nourrir les micro-organismes avec un seau de compost que j’installe en surface.

J’arrose, non pas pour donner à boire à l’arbre, mais plutôt pour mettre en place le sol, en collant les racines avec le sol. C’est ce qu’on appelle « plomber » notre arbre. En paillage, je peux utiliser du carton, et glisser dessous quelques feuilles de consoude ou de la tonte de gazon, pour nourrir les vers de terre.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous à la Newsletter "Jardin-Forêt" !